[Focus] : entretien avec Urban Bike City Tour

Passé d’association en entreprise, la start-up Urban Bike City Tour propose des découvertes de ville telles que Montpellier, Nîmes ou encore Béziers à vélo. Fort de trois années d’expérience, cette structure en pleine croissance se dote d’un nouveau blog, exit Tumblr et place à WordPress, Bruno Bonniol, l’un des co-fondateurs dresse avec nous un portrait de sa présence en ligne.

focus 4 urbanbike city tour equilibre entre fonctionnement et communication

Contenu Digital : Comment trouver l’équilibre entre le fonctionnement d’une structure et le temps nécessaire à sa communication ?

Urban Bike City Tour : Notre projet n’est pas né hier, nous avons trois ans de travail derrière nous et le travail de départ s’est fait à travers l’association qu’on a transformé en société. L’équilibre se fait donc par les missions de l’équipe de direction et par la répartition des tâches de chacun et aussi par la mise en place d’un échéancier.

Pour ce qui concerne l’image, nous avons travaillé sur une nouvelle typographie du logo puisque l’association s’appelait Urban Bike Montpellier et que l’identité commerciale de la société est Urban Bike City Tour et dans l’esprit des gens, c’est Urban Bike.

Après nous avons eu un travail de fonds qui est moins complexe que si nous lancions la marque aujourd’hui puisque nous avons déjà une notoriété locale de par les activités de l’association. Le travail de communication prioritaire actuellement est que désormais, nous ne sommes plus l’association Urban Bike Montpellier mais une société, nous avons donc en l’espace de quelques mois effectué un glissement de la communication de l’association vers l’entreprise Urban Bike City Tour.

Au niveau de l’équipe, nous sommes tous fans des réseaux sociaux et plus particulièrement, Twitter, Facebook, Google+, Pinterest et nous y passons donc beaucoup de temps pour promouvoir notre projet. La répartition des tâches se fait donc tout au fil de la journée et elle est fonction des événements et actualités, nous communiquons sur les sujets vélos et sur tout ce qui peut se faire autour du vélo. Notre communication s’appuie vraiment sur la force des réseaux sociaux.

focus 4 urbanbike city tour reseaux sociaux

Contenu digital : Alors justement, quelle utilisation fait Urban Bike City Tour des réseaux sociaux pour la communication sur ce projet ?

Urban Bike City Tour : C’est notre activité principale, nous avons donc tissé un maillage entre les comptes professionnels, personnels et les anciens de l’association. Nous croisons donc en permanence l’ensemble des sujets pour créer en permanence du trafic autour des thématiques liées à notre projet. Par exemple, j’ai un compte Twitter personnel qui s’appelle écotourisme que nous croisons avec le compte Urban City Tour et le compte personnel d’un autre associé et sur lequel nous créons du trafic. C’est ensuite la communauté qui retweete et relaie ainsi nos publications.

Nous appliquons la même forme de communication sur Facebook.

Contenu Digital : Quel est le réseau social qui a le plus d’impact sur vos réservations ?

Urban Bike City Tour : Je pense que c’est Twitter qui a le plus d’impact, nous avons un gros trafic sur notre site qui provient de Facebook et Twitter mais actuellement nous avons du mal à estimer l’impact réel sur nos réservations. Dans nos sondages retour, les gens indiquent nous avoir connu sur Internet mais ils sont rarement plus précis et sont souvent incapables de nous expliquer si c’est par le biais de Facebook, Twitter ou si c’est par les moteurs de recherche comme Google ou encore via le site de l’office de Tourisme de Montpellier voire par notre propre site Internet qu’ils ont découvert nos activités. Il faut savoir que 99% de nos clients nous ont découvert sur le Web.

Aujourd’hui, nous n’arrivons pas encore à avoir les statistiques précises mais nous étudions actuellement la mise en place d’un outil nous permettant d’avoir une meilleure lisibilité

focus 4 Henri Ford

Contenu digital : Henri Ford disait qu’échouer est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente, est-ce qu’il y a dans votre communication digitale un échec qui a permis un succès d’aujourd’hui ?

Urban Bike City Tour : Nous avions globalement bien identifié notre stratégie et notre cible sur le plan de la communication mais nous avons recentré notre communication sur le tourisme durable. Nous étions un peu trop sur le vélo pour tous ce qui nous amenait trop sur le cyclotourisme alors que ce n’est pas notre secteur d’intervention. Même si nous proposons des activités touristiques à vélo, ce n’est pas du cyclisme en ville. Nos circuits urbains de deux heures comprennent des arrêts pour découvrir la ville sous des angles nouveaux. Les gens faisaient trop d’amalgames alors nous avons donc orienté différemment nos publications pour que notre image colle à la communication que nous transmettons.

Contenu digital : Comment la créativité qui fait le succès de votre start-up se traduit-elle dans votre communication digitale ?

Urban Bike City Tour : Nous avons justement une approche décalée par rapport à la pratique du vélo et notamment sur la notion de plaisir, du « sans effort ». Avec nos vélos à assistance électrique, il n’y a pas d’effort et la pratique est facile d’accès. A partir du moment où on sait faire du vélo, il n’y a aucune raison de ne pas arriver à effectuer une ballade tranquille, l’image que nous donnons est justement sur cette approche de facilité et sur la sécurité. La question qu’on nous pose souvent, est justement la question du risque d’une pratique sur la route en ville sauf que nous ne sommes pas sur la route, nous utilisons un réseau cyclable assez large sur Montpellier notamment.

focus 4 twitter tumblr

Contenu digital : Après deux ans sur Tumblr, le blog d’Urban Bike City Tour va évoluer, qu’est ce qui va changer pour vos visiteurs ?

Urban Bike City Tour : Au départ, nous n’avions pas de site Internet, Tumblr nous a donc servi dans un premier temps de lieu d’affichage. L’idée est d’être sur un produit qualitatif et de pouvoir travailler sur nos différents axes de communication et d’avoir une approche rédactionnelle avec des articles qui vont paraître très régulièrement, quasiment tous les jours et qui vont nous permettre d’accroître notre visibilité, d’optimiser notre référencement et d’alimenter nos réseaux sociaux.

Contenu digital : Y aura-t-il de nouvelles fonctionnalités ou est-ce que la grande nouveauté est la rédaction de contenus web ?

Urban Bike City Tour : Pour l’instant, nous avons ciblé la production de contenus et l’idée est aussi d’avoir une newsletter croisée avec le blog. Prioritairement, nous publierons des articles thématiques de façon à travailler sur des mots clés ciblés et avoir un impact sur le référencement.

L’objectif de départ est celui-ci, nous verrons dans un second si nous avons des besoins d’évolution. Nous nous adapterons alors le moment venu !

focus 4 Quel contenu digital

Contenu digital : Sur le contenu en lui-même, quelles seront les thématiques privilégiées ?

Urban Bike City Tour : Nous sommes actuellement positionnés en tant qu’acteurs du tourisme durable, et nous souhaitons nous implanter sur la région Midi Pyrénées avec l’activité que nous proposons, grâce aux partenariats que nous pouvons développer et les valeurs que nous véhiculons à travers ce projet.

Sachant que d’un point de vue étymologique, en France on parle plutôt de tourisme durable avec toutes les connotations écologiques, sociologiques ou d’intégration à la ville que cela implique alors qu’à l’international, on parle d’écotourisme.

focus 4 urbanbike city tour communication

Contenu digital : Justement sur cette différence d’appellation et au vu de votre clientèle, on imagine que les articles seront publiés à la fois en français et en anglais ?

Urban Bike City Tour : Nous allons effectivement doubler les articles en anglais et en français, la clientèle étrangère est déjà sensibilisée à la notion d’écotourisme (ecotourism) qui est surtout une thématique internationale et principalement anglophone. Ils ont donc tendance à aller sur des activités qui s’inscrivent déjà dans ce thème.

C’est donc une pratique qu’ils consomment plus facilement alors qu’en France ce mot écotourisme reste encore réservé aux initiés. Pour la plupart de la population française, il s’agit sans doute d’un mélange entre l’écologie et le tourisme mais ils n’ont pas d’idée concrète de ce que ça représente.

Le tourisme durable est de ce fait plus parlant pour une clientèle francophone, on parle déjà d’environnement durable, de développement durable. Il s’agit un peu d’un slogan à la française.

C’est donc à travers nos activités que nous avons un caractère de tourisme durable et notamment du fait que nous ne nous déplaçons pas avec de grands groupes de pratiquants, il y a aussi l’impact écologique, l’empreinte carbone… Nous ne faisons pas de l’écologie pour l’écologie mais nous nous positionnons sur une pratique touristique durable avec une méthode de visites touristiques qui nous est propre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *